Espadon, Espadon, nous te ralentirons
Espadon, Espadon, tu ne détruiras plus notre maison

Raton-Laveur avait atteint l’âge où le désir de fonder une famille se faisait sentir de plus en plus fort. Il se mit donc en devoir de construire une maison afin de l’accueillir et de lui assurer un endroit abrité et confortable, propice à son développement harmonieux. Pour des raisons d’ordre pratique, il fallait que cette maison soit au bord l’eau.
Après quelques semaines de promenades dans la nature, il trouva un endroit qui lui sembla convenir parfaitement à la réalisation de son projet: la rivière passait dans la forêt et dessinait un large virage et Raton-Laveur se dit que sa maison se trouverait très bien dans le creux de ce méandre.
Il commença donc à creuser les fondations du terrier et une fois l’excavation terminée, il s’en alla chercher du bois pour le plancher du rez-de-chaussée. A son retour, il s’aperçut que tout son travail avait été détruit. Raton-Laveur se dit que les fondations de son terrier n’étaient sans doute pas assez solides et il recommença son travail avant que la nuit arrive. Le soir venant, il s’endormit au fond du trou qu’il venait de creuser et fit un rêve: quatre étoiles tombaient du ciel et l’esprit de la forêt les récoltaient pour les poser en fond du terrier de Raton-Laveur. Elles se transformaient ensuite en papillons qui partaient ensemencer la forêt. Raton-Laveur comprit alors que l’endroit qu’il avait choisi pour construire sa maison était le bon endroit. Joyeux, il s’en alla alors chercher des lianes dans la forêt afin de fabriquer des échelles qui mèneraient aux étages supérieurs de la bâtisse. Mais à nouveau, lorsqu’il revint, il s’aperçut que sa maison avait été démolie. Raton-Laveur demanda alors à Chêne, qui était juste à côté, s’il savait  qui détruisait  son travail pendant qu’il n’était pas là. Chêne lui répondit:
– C’est Espadon-d’Eau-Douce, qui descend chaque matin la rivière très vite et qui n’arrive pas à négocier le virage sans provoquer en mini raz-de-marée.
Raton-Laveur alla donc trouver Espadon-d’Eau-Douce pour lui demander de faire attention à ne pas détruire sa maison lorsqu’il descendait la rivière. Après tout, il devait y avoir un moyen pour que tout le monde vive en harmonie dans la nature et que chacun y trouve sa place.
– Impossible, répondit Espadon-d’Eau-Douce. C’est Rivière qui m’emporte et je ne peux pas prendre le virage moins vite. Du reste, c’est pourquoi je passe par là, car j’aime la vitesse et je me fiche bien de ce que je peux détruire. J’ai besoin de place. Il faut que tu construises ta maison ailleurs.

Raton-Laveur savait cependant que sa maison devait être construite à cet endroit: l’esprit de la forêt le lui avait clairement montré dans son rêve. Il alla donc trouver Rivière et lui demanda si elle serait d’accord de couler un peu moins vite dans le virage afin qu’Espadon-d’Eau-Douce puisse le négocier sans détruire sa maison.
– Impossible, répondit Rivière. Terre est très pentue dans ce virage et je ne peux pas décider de la vitesse ni de la force de mon courant. Ce sont eux qui me traversent et ils sont dépendants de la forme de Terre. Tu dois construire ta maison ailleurs.

Raton-Laveur, qui savait que cet endroit était le bon endroit pour sa maison car l’esprit de la forêt le lui avait montré dans son rêve, s’en alla trouver Terre pour lui demander de modifier le lit de Rivière afin que sa vitesse permette à Espadon-d’Eau-Douce de négocier le virage sans détruire sa maison.
– Impossible, répondit Terre. C’est Soleil qui décide de ma structure et je ne peux pas la modifier à ma guise. Tu dois construire ta maison ailleurs.

Raton-Laveur se dit qu’il ne pouvait tout de même pas déranger Soleil pour lui demander de modifier la trajectoire de Terre. Ce travail entraînerait certainement des conséquences qui allaient bien au-delà de son besoin de construire une maison pour sa famille. Mais comme l’esprit de la forêt lui avait clairement indiqué ce virage de Rivière comme lieu pour son habitation, il continua de chercher un moyen pour construire un beau gite à l’endroit qu’il avait choisi.
En arrivant près du virage, il croisa Castor qui était en train de ramasser du bois. Il lui demanda alors s’il serait d’accord de lui construire un barrage afin de ralentir le cours de Rivière avant le virage.
– Ma foi, je veux bien, répondit Castor. Mais que me donneras-tu en échange?
– En échange, répondit Raton-Laveur, toi et ta famille pourront venir récolter les plantes marines qui se développeront dans le lagon qui va se créer et venir vous y baigner.
– C’est d’accord, répondit Castor. Et il bâtit un barrage pour Raton-Laveur, afin de réduire le cours de Rivière dans le virage.

Le lendemain, lorsque Espadon-d’Eau-Douce descendit la rivière, il fut surpris de se trouver ralenti là où il aimait éprouver les sensations que lui procurent la vitesse. Il fut donc freiné et passa devant la maison de Raton-Laveur sans même provoquer la moindre petite vague. Raton-Laveur se réjouit et il alla chercher sa fiancée afin de lui montrer la belle maison qu’il avait bâtie pour leur famille et lui demanda de l’épouser. Sa fiancée fut ravie et elle accepta sa demande sur le champs. Ils organisèrent alors une grande fête avec tous les animaux de la forêt pour célébrer leur union et emménagèrent le soir même dans leur nouvelle demeure.

Quant à Espadon-d’Eau-Douce, la lenteur de la rivière ne lui permettant plus de vivre les sensations exaltantes qu’il éprouvait en prenant le virage auparavant, il décida de descendre la rivière jusqu’au fleuve, puis jusqu’à la mer. Là, il trouva toute la place nécessaire pour exercer ses talents de pilote sans déranger personne et il décida ne ne plus la quitter.

Et c’est pourquoi les Espadons ont quitté les rivières et vivent aujourd’hui dans la mer.