L’éléborme n’a jamais été vu ni rencontré ailleurs que dans les rêves qui prennent naissance sur la face de la lune qui nous est interdite. Ces rêves ont la particularité, lorsqu’ils nous visitent, de nous présenter des symboles étrangers aux observations diurnes ou nocturnes de notre satellite.
Bien que de nature onirique, l’éléborme n’est n’est pas moins réel et il est ainsi conjecturé qu’une rencontre dans notre monde entre un être humain et cette créature est tout à fait envisageable, sous réserve toutefois que soient remplies les trois conditions suivantes:

  • La personne qui désire rencontrer l’éléborme doit posséder en elle le désir inextinguible et sincère d’une connaissance objective d’elle-même, tant de sa face obscure que de celle qu’elle croit connaître;
  • la nuit de la rencontre doit être sans lune;
  • la rencontre ne pourra être relatée par les protagonistes autrement que par la retranscription symbolique des rêves qui l’avaient imaginée.

La première condition paraît claire -même si elle requiert des exigences peu communes et très élevées- et ne semble pas appeler de remarque particulière. La seconde condition apparaît en revanche comme plus intrigante: le simple fait d’énoncer que la nuit de la rencontre doit être sans lune fait passer le nombre total des conditions de 3 à 4. En effet, dans la condition “la nuit de la rencontre doit être sans lune“, nous apprenons que la rencontre doit se faire de nuit et que cette nuit doit être sans lune. Ceci peut remettre en cause la conjecture ou au contraire lui accorder plus de valeur. La troisième condition demeure cependant la plus embarrassante, car elle présuppose qu’au moment de la rencontre, il soit “su” quelque part quel comportement prendra la personne et/ou l’éléborme après la rencontre. Si nous ne pouvons pas prévoir celui de l’éléborme -aucune étude sérieuse à propos de cette créature n’ayant été réalisée à ce jour- personne ne peut raisonnablement s’engager à ce que celle ou celui qui le rencontrerait s’en tienne à cette troisième condition plutôt que de s’en aller fanfaronner sa découverte stupéfiante. Une connaissance objective du comportement humain nous recommande donc la prudence.

Une autre question qui se pose est celle qui interroge sur la nécessité d’une telle rencontre: les informations que l’éléborme nous envoie en rêve depuis la face cachée de notre satellite devraient suffire pour nous alimenter en symboles propres à calmer nos inquiétude et nous aider à éclairer les mondes que nous sommes sans cesse en train de défaire et de reconstruire. Cette dernière question reste ouverte, à moins que l’éléborme ne s’en empare pour la dévorer. Cette dernière hypothèse demeure toutefois sans fondement.

Table des animaginaux